coupsdecoeurenasie

A topnotch WordPress.com site

Sapa ou comment échapper aux touristes ?

vietnam-octobre2013 239

Ce lundi matin, ça commence plutôt mal : il n’y a pas d’eau dans ma chambre du Phuong Tanh hotel à Lai Chau. Obligé de descendre les trois étages et de rouspéter à l’accueil où on me montre une salle de bain commune où cette fois, il n’y a qu’un filet d’eau. Au lieu de payer les 250 000 VND, je décide de n’en donner que 150 000, malgré la colère de la jeune employée. Je file à la boulangerie voisine où m’attend un excellent cake, puis je saute dans un minibus pour Sapa (70 000 VND). J’ai de la chance, le soleil a fait son retour et deux heures plus tard, il rayonne sur Sapa.

vietnam-octobre2013 243

Je pars à la recherche d’un hôtel dans cette ville que j’ai visitée il y a maintenant près de 10 ans. Au fond, elle n’a pas l’air d’avoir beaucoup changé. Je mets pied à terre au Cat Cat View hotel après avoir cédé aux avances d’un jeune homme à moto qui voulait m’y emmener. Excellente pioche. Je négocie une belle chambre avec terrasse, tout en hauteur, avec une magnifique vue et le petit déjeuner pour 20 $ la nuit. Dans l’après-midi, j’ai le temps de faire un tour dans la ville où il y a toujours autant de femmes hmongs noirs qui, en général, passent leur temps à vouloir vendre des souvenirs aux touristes ou à vouloir les guides dans des villages tout proches. Des touristes que je pensais voir en plus grand nombre durant cette belle période de l’année. Finalement, c’est calme.

vietnam-octobre2013 204

Sur les conseils du patron de l’hôtel où je suis hébergé, je vais me rendre au village de Cat Cat qui peut être atteint après une longue descente. Une balade fort sympathique à travers les montagnes et les rizières dans lesquelles les Hmongs passent une bonne partie de la journée à récolter le riz. Le retour jusqu’à Sapa est nettement plus sportif, tout en montée cette fois-ci. Comme par hasard, je ne croise plus aucun touriste dans ce sens-là. Contrairement à certaines femmes particulièrement chargées et qui font vraiment preuve de courage.

vietnam-octobre2013 201

De retour à Sapa, je me rends sur le marché ou j’achète quelques fruits, dont mes préférés, des fruits de la passion à moins de 2 euros le kilo. Un régal. Le soir, ce sera repas dans un resto proche de mon hôtel, le Nature View Restaurant qui apparemment a bonne réputation. Je prends le menu à 95 000 VND avec quatre plats. En fait, les quatre plats se retrouvent dans la même assiette. C’est excellent, mais un peu léger à mon goût. La nuit à l’hôtel a été d’un grand calme… que du bonheur.

vietnam-octobre2013 209

Le lendemain matin, réveil vers 6 h 30 puis le petit déjeuner à l’hôtel, plutôt correct, mais il faut réclamer du pain. Pour la suite de la journée, je très intéressé par un trek. Plutôt que celui très touristique proposé par l’hôtel, je me rapproche des femmes hmongs en ville. Elles sont toujours prêtes en emmener les touristes dans leur village. Mais à chaque fois, là encore, ce sont les lieux les plus courus par les touristes qu’elles proposent. Les chemins empruntés pour ces treks sont même comparés à des autoroutes à touristes avec des vendeuses hmongs qui vous suivent en permanence. Alors je choisis une autre option et ne vais pas le regretter. Je vais me renseigner sur les endroits peu fréquentés auprès de l’office de tourisme où je vais dépenser 1 $ pour obtenir une carte des environs de Sapa. Ensuite je pars avec un moto taxi jusqu’à un endroit un peu paumé et je poursuis à pied pour regagner Sapa.

vietnam-octobre2013 211

Négociation est faite avec un chauffeur pour m’emmener à Ban Khoang, un village habité par les Dzaos rouges, à environ 15 km au nord de Sapa. De là, il y a un sentier qui mène à Ta Phin. Pour la moto, la négociation s’est faite à 100 000 VND. En route, on ne va croiser aucun touriste, et ma marche à travers montagnes et rizières jusqu’à Ta Phin se fera aussi à l’écart des touristes. Bon je mens un peu. J’en ai quand même croisé deux accompagnés d’un guide.

vietnam-octobre2013 214

En chemin, je croise des femmes qui reviennent avec du bois, récoltant le riz, d’autres qui font de la couture… A chaque fois, ce sont des des femmes Dzaos rouges, toutes coiffées d’un turban rouge, qui fait un peu tendance Père Noël. L’accueil est à chaque fois amical. En échange des < Hello >, on sent qu’il n’y a aucun intéressement. Ce qui changera vite en arrivant à Ta Phin, mais je m’y attendais.

vietnam-octobre2013 223

Les femmes en tenue traditionnelle attendent le touriste de pied ferme pour faire du < shopping > comme elles disent.  Voyageant en solo et sans guide, je m’en tire relativement bien et échappe au harcèlement. Les femmes du village sont davantage curieuses de savoir comment je suis arrivé là seul. Le chemin que j’ai pris n’était pas si compliqué, même s’il y avait quelques embranchements qui m’ont fait douter. Mais à chaque fois que je tombais sur des locaux, ils me mettaient sur la bonne voie.

vietnam-octobre2013 221

A Ta Phin, je suis parti au bon moment lorsqu’un bus rempli de touristes s’est stationné à l’entrée du village. C’est là que j’ai vu une vingtaine de femmes Dzaos qui attendaient l’ouverture du bus pour faire du < shopping > avec les touristes. Pour ma part, il me reste encore 13 km à parcourir jusque Sapa.

vietnam-octobre2013 228

Plus j’avance, plus les tenues des femmes changent et le noir des hmongs réapparaît plus fréquemment. Je n’ai pas calculé le nombre de kilomètres parcourus, mais suis à peu près sûr que j’ai dépassé les 25 km. Le soir, repas au Red Camelia Restaurant où j’ai vu qu’il y avait pas mal de touristes. J’ai pris un menu à 120 000 VND avec de vrais plats contrairement à la veille. Ce n’était pas mauvais du tout, mais le service laissait à désirer.

vietnam-octobre2013 232

Après les six heures de marche de la veille, je me voyais bien faire un mercredi tranquille. C’était parti de cette manière dans la matinée avec farniente sur la terrasse de ma chambre. La veille à l’office de tourisme, on m’avait indiqué un trek pas trop fréquenté au départ du village de Sa Seng. Un homme à moto m’a montré un chemin à la sortie de Sapa (une petite ruelle nommée Dien Bien Phu) qui mène à Sa Seng. Il est midi et je me dis qu’après tout, c’est jouable. Une bonne montée à travers la forêt puis j’atteins Sa seng, tout petit village hmong à 4 km de SApa. En chemin, je n’ai croisé aucun touriste.

vietnam-octobre2013 257

On m’avait bien prévenu que malgré la proximité avec Sapa, je ne serai pas harcelé par les femmes hmongs avec leurs souvenirs, ni par les touristes amateurs de trek. Tant mieux, c’est ce que je voulais. Il y avait suffisamment de rencontres avec des locaux pour qu’on m’indique le bon chemin à suivre. Je traverse les villages hmongs de Hong Pa, puis Hau Chu Ngai sans trop de difficultés. Toujours pas un touriste en vue. Des femmes hmongs me font même rentrer chez elles pour me montrer la bonne route à prendre.

vietnam-octobre2013 252

Une belle descente mène de Hoa Su Pan à Cau May. C’est à ce moment-là que je rencontre les premiers touristes qui eux vont en sens inverse. Je suis assez éloigné de Sapa et l’heure avance. Un chauffeur de moto me propose de regagner Sapa pour 70 000 VND, tout en me proposant un arrêt au pont de Cau May et à différents points de vue sur les rizières. Un guide fort sympathique qui n’a pas hésité à faire plus haltes.

vietnam-octobre2013 266

Plus on s’approchait, plus il y avait de touristes qui regagnaient la ville, en compagnie de vendeuses ou guides hmongs. Encore une bien belle balade . Le soir, je me restaure au Buffalo Bell dans la rue principale avec un menu à 150 000 VND où on peut choisir ce qu’on veut en plat principal et en dessert. Une adresse qui m’a bien plu.

vietnam-octobre2013 274

Le lendemain, jeudi, ce n’est pas encore parti pour être de tout repos. Mais c’était peut-être le trek de trop. Je demande à un chauffeur de moto de m’emmener jusqu’à Thanh Phu (150 000 VND), à 26 km de Sapa. C’est apparemment pas très prisé des touristes et encore authentique. Je pars vers 10 heures et sur la moto, je croise les premiers pour les treks sur les chemins les plus fréquentés comme Tan Van. Impressionnant de voir autant de touristes et hmongs se suivre en file indienne. On m’avait parlé d’une autoroute à touristes. On n’en est pas loin du tout.

vietnam-octobre2013 277

Pour ma part, je fais tout l’inverse et mon chauffeur m’abandonne à un pont proche de Thanh Phu et m’indique la route menant à Nam Cum. Sauf que ce n’est pas la bonne route et qu’après une heure de marche, des locaux m’annoncent qu’il faut que je revienne sur mes pas. Charmant. En plus, je me retrouve essentiellement sur des routes en travaux et la chaleur s’intensifie. Je retrouve la route principale et atteins finalement  Thanh Phu, mais ça m’éloigne de plus en plus de Sapa. Obligé de faire demi-tour. Un motard va me déposer à Ban Den pour me rapprocher de la ville.

vietnam-octobre2013 267

Cette fois, quelques petits groupes de touristes apparaissent. Je suis sur la bonne voie. Je marche encore 6-7 km sur la route principale, sachant que les treks habituels se font par les chemins en contrebas. Etant sans guide, je préfère ne pas m’y aventurer et en plus l’heure tourne. Le soleil n’illumine plus les rizières et la température baisse. Une dernière moto pour 50 000 VND va me ramener à Sapa. Ce soir, repas au Buffalo Bell, avec une formule similaire à la veille.

vietnam-octobre2013 244

Publicités

2 commentaires sur “Sapa ou comment échapper aux touristes ?

  1. Thomas
    mars 16, 2015

    Bonjour !
    J’ai été très intéressé par ton article ! Comme toi, je cherche des treks sans touristes, que j’aimerai faire sans guide. J’ai trouvé une super carte rando ici (http://www.vietnamvert.com/Carteduvietnam/Carte%20detaillee%20de%20Sapa.jpg), et j’ai réussi sans trop de problème à suivre tes différents treks.
    Cependant, j’aimerai partir sur 2jours sans rentrer sur Sapa. Sais-tu s’il est possible de dormir chez l’habitant dans les petits villages non touristique que tu as traversé ?
    Merci 🙂
    Thomas

    • christopheericberger
      mars 16, 2015

      Bonjour,

      Pour les groupes accompagnés d’un guide c’est jouable. En solo, ça doit donc être possible, mais dans ce cas, il faut sympathiser avec une famille Hmong et négocier le prix pour la nuitée.
      Christophe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le novembre 16, 2013 par , et est taguée , , , , .

Calendrier

novembre 2013
L M M J V S D
« Juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

%d blogueurs aiment cette page :